Né Robert Ropars à Brest le 08-12-1932, élevé par sa mère dans le quartier de Recouvrance, c’est dans cette ville qu’il commence à dessiner et à peindre. Après la guerre - durant laquelle sa famille se réfugie à la campagne à Pleyben (1941-1945) -,  il se forme à l’aquarelle, en copiant des cartes postales, des reproductions dans des revues, puis s’exerce au paysage sur nature. L’aquarelliste Julien L’Helgouac’h, sera son premier maître.

             Après le baccalauréat au Lycée technique de Brest, il entre à la Poste, ce qui lui permet de « monter à Paris » en 1956. Certaines de ses toiles seront peintes sur des sacs postaux.

            A Paris, il découvre les grands mouvements picturaux, et travaille dans l’atelier du sculpteur Shamaï Haber. Il s’astreint d’abord à la rigueur de compositions géométriques (influences de Mondrian et Malevitch), se lie d’amitié et travaille avec le groupe de peintres espagnols « Equipo 57 » (exposition Copenhague 1958). Il fréquente des artistes parmi lesquels Giacometti. Mobilisé pendant la Guerre d’Algérie son pacifisme le conduira en prison militaire pendant quelques semaines.

Vers 1962, il se tourne vers une abstraction plus gestuelle. Il milite alors dans des organisations comme le Mouvement de la paix. Plus tard, il se rapproche de militants aux positions plus radicales comme ceux du Comité Vietnam puis de la Gauche Prolétarienne.

          Il s’engage donc politiquement et abandonne les recherches purement formelles pour explorer d’autres voies, en utilisant par exemple des radiographies du corps humain pour peindre la douleur,  la vieillesse, la mort (1964-1965, série des « Hiroshima » , des « Ecorchés »).

En 1968, il participe aux « Ateliers populaires » de l’Ecole des beaux-arts de Paris et contribue à l’édition des affiches  (350 affiches estampillées d’abord Ecole des beaux-arts de Paris, puis Atelier populaire). Il publie aussi des caricatures dans le journal « La Cause du peuple ».

          Présent dans de nombreuses expositions, son succès se concrétise par l’achat de toiles par l’Etat, pour le FNAC (fonds national d'art contemporain).

Il s’installe à Nantes en 1970, et y poursuit son œuvre militante, dénonçant l’injustice et l’oppression. C’est l’époque de l’art engagé.

          Efficace, sa peinture reste très proche de la sérigraphie et de l’affiche (« Plutôt mourir debout que vivre à genoux », « Durruti », « Lumumba »…)

La force expressive de sa peinture d’alors inquiète, dérange. Il s’écarte de plus en plus des recherches avant-gardistes pour produire une peinture sombre, douloureuse, violente.

Son œuvre s’inscrit alors dans la peinture des peintres « à part », qu’on ne peut rattacher à aucun mouvement, ni courant contemporain (tels Francis Bacon et Lucian Freud).

Ses tableaux ont raconté Hiroshima, l’holocauste ou stigmatisé les notables. Avec le temps, son univers deviendra plus intime, teinté de l’angoisse de la mort.

Hospitalisé, il décède le 10 mars 2014. Il vivait à Sainte-Luce-sur-Loire depuis 1973.

 

 

 

Acquisitions :

1959 « Le phare », Fonds national d'art contemporain, en dépôt au Conseil Constitutionnel

1980 « Les 3 évêques ou tous les chemins mènent à la mort », Musée des beaux-arts de Nantes

1996   « Interactivité de l’espace plastique » toile de la période Equipo 57, Musée d’art et d’histoire de Cholet

2015  " Sans titre,groupe équipo 57", gouaches , Musée d'art et d'histoire de Cholet                       

 

Expositions :

 

1971

Nantes, FAL Centre Jean Macé, 6-23 décembre

 

1972

Saint-Brévin les pins, MJC, exposition / animation  Ropars-Guillon Le Masne, 21-30 juillet

1973

Nantes, Galerie Modul’or  17 septembre- 1er octobre

Nantes, Bateau-lavoir, 15 au 30 novembre

Nantes, Musée des beaux-arts, 8 au 23 décembre « Bretagne 73 » (exposition collective)

 

1974

Nantes, FAL, Centre Jean Macé, « 8 peintres à la FAL», 21 janvier-5 février (exposition collective)

 

1975

Nantes, Musée des beaux-arts, « Bretagne 75 » (exposition collective)

 

1977

Nantes, Musée des beaux-arts, « Bretagne 77 » (exposition collective)

Nantes, Ecole d'architecture, mars

 

1981

Nantes, Musée des beaux-arts, 27 mars-11 mai 

Brest, Musée des beaux-arts, 13 mai-17 juillet

 

1982

Carantec, 3e grand salon de peinture, 1er au 31 septembre (exposition collective)

 

1984

Nantes, Plasticiens dans la cité, 15 juin-24 août (exposition collective)

Les Sables d’Olonne, Prieuré Saint-Nicolas, Vente aux enchères d’œuvres contemporaines, 22 septembre (exposition collective)

Saintes, Musée de L'Echevinage, 1er-20 décembre 

 

1985

Nantes, L’Artelier, « Peintres d’aujourd’hui », 22 mai (exposition collective)

Sainte-Luce-sur Loire, 1er grand salon de peintures/sculptures contemporaines, 20-29 novembre (exposition collective)

Nantes, L’Artelier, novembre  (exposition collective)

Nantes, Biennale de Nantes, Bretagne 85 (exposition collective)

 

1987

Nantes, Biennale de Nantes, Bretagne 87, novembre (exposition collective)

 

1989

Saint-Sébastien-sur-Loire, 7e Salon d’art contemporain, janvier-février  (exposition collective)

Sainte-Luce-sur-Loire, Salon de peinture, novembre (exposition collective)

 

1990

Cholet, Usine Thomson-C.S.F, février 

 

1993

Nantes, Galerie Le Rayon vert, 6 février-6 mars 

 

1995

Sainte-Luce-sur-Loire, Café du Centre, janvier 

Nantes, Galerie Le Rayon vert, 16 septembre-11 octobre « De port en port »

 

1996

Sainte-Luce-sur-Loire, Café du Centre, janvier 

Nantes, Les Buttineries de Ste Anne, 1er et 2 juin (exposition collective)

 

1998

Sainte-Luce-sur-Loire, Café du Centre, Affiches révolutionnaires, avril 

 

1999

Nantes, Vieux-Doulon, Café de la Place, janvier (exposition collective)

 

2001

Sainte-Luce-sur-Loire, Café du Centre, décembre, « Œuvres de jeunesse »

 

2003

Nantes, Biennale de Nantes 03, novembre (exposition collective)

Les Sables d’Olonne, La Chaume, Café Le Poisson à roulettes,  déc. 2003-janvier 2004 (exposition collective)

 

2005

Nantes, Le 15 bis, 12-25 novembre « Peintures »

 

2007

Nantes, Biennale de Nantes 07, (exposition collective)

Nantes, Académie du Moulin, « Ropars, Floc’h, Painchault, Guillon Le Masne, Garnier », 20-21 avril 2007 (exposition collective)

 

2008

L’art prend l’air, avril 2008 (ouverture de l’atelier)

 

2009

Les Sables d’Olonne, La Chaume, Prieuré Saint-Nicolas, 20 octobre au 15 novembre (exposition collective)

 

2010

L’art prend l’air, avril 2010 (ouverture de l’atelier)

 

2015

Saffré,  Hang'Art, 21 mars au 14 mai (exposition collective)

 

2016

Sainte-Luce sur Loire rend hommage au peintre lucéen. Exposition "Yvan Ropars, le Regard" du 12 au 21 mars